Dans l’atelier un artiste décalé !

Richard Rak
Richard Rak
Manoir de la Caillere - Photo Richard Rak
Galerie Richard Rak
Chambre Mystérieuse - Photo Richard Rak
Capellopodes - Photo Richard Rak
Atelier - Photo Richard Rak
Atelier - Photo Richard Rak

Pénétrez dans l’univers de Richard Rak, un faiseur de rêves qui fait découvrir au public son gigantesque cabinet de curiosités. Il reçoit pour cela dans sa galerie-atelier de Saumur, ou au sein de l’étonnant manoir troglodytique de la Caillère, à Coutures…

Richard Rak crée de la poésie avec les objets du quotidien

« Tenez, on vient de m’apporter une peau de serpent et un gros catalogue de 1910 contenant des milliers d’échantillons de tissus ! » Richard Rak est passé maître dans l’art de collectionner les objets hétéroclites. L’artiste agglomère, fusionne ou détourne ces derniers pour concevoir des œuvres ludiques, souvent humoristiques et décalées, dans le sillage du dadaïsme ou de la fantaisie belge. En résultent par exemple cette armée de pingouins bâtie à partir de moules à chaussures et blocs de mousse recouverts de papier mâché. Ou ce vrai-faux sac à dos de campeur, gorgé d’accessoires et compartiments en tout genre. Ou encore cette collection d’astéroïdes capturés la nuit pour réaliser un inventaire du ciel…

Dans l’atelier d’un artiste inclassable

Au sein de la splendide galerie ouverte en 2013 dans le centre-ville de Saumur, le visiteur explore une enfilade de pièces qui composent autant d’univers mis en scène par l’indécrottable rêveur. « Les gens peuvent aussi pénétrer dans mon atelier, un fourre-tout où j’entrepose par exemple des bocaux de pigments, une collection de vieilles lampes de radios TSF, des pots de pharmaciens, un grimoire de notaire… » Pas de vernissages ou de périodicité stricte pour les expositions ici, tout se fait en fonction de l’humeur et de l’inspiration de l’artiste, qui reçoit le public les mercredi et samedi après-midi.

Il accueille le public dans son manoir troglodytique

Lorsqu’il n’assure pas la permanence en ville, notre homme se retire dans son Manoir de la Caillère, que les curieux peuvent visiter le week-end. Situé à flanc de coteau, le lieu dévoile, aux côtés des imposantes réserves d’objets, un réseau de galeries d’art souterraines de 400 m2 qui héberge les œuvres du maître. « J’aime le côté ombre et lumière des troglodytes, qui entre en résonnance avec la dualité des êtres, avec le merveilleux et le terrible ». Notez que si l’un de vos objets peut, selon vous, faire le bonheur de l’artiste, il sera ravi de l’adopter ! Vous aurez ainsi pris part à la création d’une réjouissante fantaisie…

Vous aimerez aussi