Initiatives Cœur Tanguy De Lamotte - Vendée Globe 2016

Le Vendée Globe de A à Z !

Découvrez avec cet abécédaire la grande et petite histoire du Vendée Globe, une course à la voile unique au monde dont le départ et l’arrivée sont fixés, tous les quatre ans, aux Sables-d’Olonne. Les participants s’engagent, en solitaire, sans assistance et sans escale.

A comme … Ambiance : au moment du grand départ de la course et au retour des marins, l’ambiance est à la fête dans la ville des Sables-d’Olonne. Amateurs de voile ou simples curieux, venus des quatre coins de France mais aussi de pays étrangers, se massent au niveau du port. Leur objectif, approcher au plus près les valeureux chevaliers des flots et leurs imposantes montures !

B comme … Bateaux : les monocoques de 60 pieds sur lesquels s’élancent les participants constituent de véritables monstres des mers bardés de technologie, qui atteignent fréquemment la vitesse de 20 nœuds (37 km/h). Le public peut les découvrir en arpentant le ponton situé au milieu du Village du Vendée Globe, visiter même l’un des navires et parfois échanger avec les navigateurs !

C comme … Commencement : la grande aventure du Vendée Globe débute avec l’édition 1989/1990, au terme de laquelle Titouan Lamazou s’impose en 109 jours, 8 heures et 48 minutes. Il paradera en héros, avec son dauphin Loïc Peyron, sur les Champs Elysées.

D comme … Doublé : un seul marin a remporté à deux reprises la compétition, il s’agit de Michel Desjoyeaux, vainqueur des éditons 2000/2001 et 2008/2009.

E comme … Épique : les navigateurs accomplissent un tour du monde complet, la longueur du tracé étant de 21638 milles (un peu plus de 40000 kilomètres), comme la circonférence de la Terre. La plupart des participants compose cependant avec de nombreuses embûches et parcourt plus de 28000 milles, soit environ 52000 kilomètres.

F comme … Femmes : les deux premières femmes à prendre part à la mythique course sont Isabelle Autissier et Catherine Chabaud, lors de l’édition 1996/1997. Cette dernière deviendra la première navigatrice à boucler un tour du monde solitaire sans escale. Au total, elles sont sept à avoir participé à la compétition, Ellen MacArthur obtenant le meilleur classement avec une deuxième place en 2001/2002.

Ambiance sur les pontons - Photo V.CURUTCHET-DPPI-VENDEE-GLOBE
Initiatives Coeur, skipper Tanguy De Lamotte - Départ Edition 2016  - Photo Remi Blomme

H comme… Hardi : Parmi les anecdotes les plus étonnantes, celle de Bertrand Le Broc qui, lors du Vendée Globe 1992/1993, dut recoudre tout seul, devant un petit miroir de poche, sa langue sectionnée par une corde. Il suivit alors par télex les indications d’un médecin resté à terre.

I comme … Incroyable : le record absolu concernant le temps de parcours est détenu par François Gabart, vainqueur en 2012/2013 avec un chrono de 78 jours, 2 heures et 16 minutes. Trois heures seulement le séparent de son poursuivant, Armel Le Cléac’h. Du jamais vu ! Les deux hommes sont les premiers à faire tomber la barre mythique des 80 jours.

O comme… Ouragan : en 2004, Roland Jourdain réalise l’exploit d’avaler en une journée 439 milles, soit 800 kilomètres !

P comme… Participants : alors que la première levée, en 1989/1990, ne réunissait que 13 concurrents, celle de 2016/2017 en comptait trois fois plus.

R comme … Redoutable : le Vendée Globe constitue une épreuve de taille, à tel point que la proportion de navigateurs parvenus, avant l’édition 2016/2017, à boucler la course, était de 71 sur 138… soit à peine plus d’un sur deux !

S comme… Solidarité : Durant l’édition 2008/2009, Jean Le Cam fait naufrage au Cap Horn et se retrouve en situation critique. Vincent Riou décide alors de délaisser la compétition pour s’en aller prêter main forte à son ami. Ce dernier, agrippé à la coque qui s’enfonce à chaque vague sous la mer agitée, parviendra finalement à saisir le cordage lancé par son héros. Les deux hommes se verront classés symboliquement 3èmes ex-aequo par le jury.

V comme… Village : ouvert trois semaines avant la course, le Village du Vendée Globe accueille durant cette période près d’1,5 million de visiteurs ! Il invite à appréhender l’histoire de la compétition et l’univers de la course au large, prendre part à des animations, découvrir les richesses de la région et parcourir les stands de centaines d’exposants.

Z comme… Zéro assistance : durant les plus de deux mois que dure cette course sans escale, les marins ne peuvent recevoir aucune assistance extérieure. De quoi forger d’incroyables péripéties, comme lorsqu’Yves Parlier, lors de l’édition 2000/2001, navigua sous gréement de fortune pendant de longues semaines après avoir brisé son mât !

Vous aimerez aussi