Retour à la liste

CHAPELLE AUX GRENOUILLES

Chapelle aux Grenouilles : située route de Brissarthe, c'est une modeste chapelle au centre d’une boucle gracieuse de la rivière, près d’un bras qui forme une petite île, demeure restante d’un culte important dédié à Saint SERENE

Adresse : sur la route de Brissarthe
49640 MORANNES SUR SARTHE-DAUMERAY
FRANCE

Contacter : CHAPELLE AUX GRENOUILLES

Pour tout renseignement, contactez directement le prestataire en remplissant le formulaire ci-dessous

Plus d’infos pour mieux vous guider
Date de séjour
Recevoir des informations de la part d’ « enpaysdelaloire.com »
Les informations que vous nous communiquez sont à usage exclusif de la Société publique régionale des Pays de la Loire : nous nous engageons à ne pas les communiquer à des tiers.

Présentation de : CHAPELLE AUX GRENOUILLES

Située route de Brissarthe.

Modeste Chapelle au centre d’une boucle gracieuse de la rivière, près d’un bras qui forme une petite île, demeure restante d’un culte important dédié à Saint SERENE qui naquit à Spolète autour des années 630-640. Il mourut vers la fin du VIIème siècle. Sa dépouille appartenant à l’Evêque d’Angers qui s’est empressé de quérir CENERE et amené en sa cathédrale. Mais en changeant de résidence le saint changea de nom et devin SERENE. Vocable où les Angevins l’invoquent depuis le XVIème siècle. Le saint dans le diocèse a gardé quelques sanctuaires, dont la Chapelle aux Grenouilles. A partir de 1779 on y disait une messe par semaine. Il y avait également des pélerinages et des rogations qui faisaient certainement une halte à la croix de pierre dont personne ne connaît le propriétaire.
Thème du site
Chapelle
Gratuit
oui
CHAPELLE AUX GRENOUILLES
CHAPELLE AUX GRENOUILLES

Vous aimerez aussi

D'autres : Patrimoine religieux

EGLISE SAINT PIERRE

à SAINT-PIERRE-DU-LOROUER

Peinture murale du XIIème-XIIIème siècle d'un couple seigneurial dans un sarcophage et peinture murale du XIIIème siècle des Funér

EGLISE SAINT-SAUVEUR

à MAREUIL-SUR-LAY-DISSAIS

Bien que l’édifice ait été détruit et reconstruit à plusieurs reprises, une de ses parties, nommée le Narthex, date du XIe siècle.