Retour à la liste

Eglise de Saint-Cyr-en-Retz

Comme de nombreuses églises, l'église actuelle de Saint-Cyr-en-Retz n'est pas l'édifice d'origine. De style néo-gothique, elle date de 1898.

Adresse : Rue de l'Eglise
Saint-Cyr-en-Retz
44580 VILLENEUVE-EN-RETZ
FRANCE

Contacter : Eglise de Saint-Cyr-en-Retz

Pour tout renseignement, contactez directement le prestataire en remplissant le formulaire ci-dessous

Plus d’infos pour mieux vous guider
Date de séjour
Recevoir des informations de la part d’ « enpaysdelaloire.com »
Les informations que vous nous communiquez sont à usage exclusif de la Société publique régionale des Pays de la Loire : nous nous engageons à ne pas les communiquer à des tiers.

Présentation de : Eglise de Saint-Cyr-en-Retz

La paroisse d'origine de l'actuelle commune de Villeneuve-en-Retz.

Le village de Saint Cyr est situé sur l'ancien rivage du Golfe de Machecoul. Il daterait de l'époque romaine ou mérovingienne.
Cette localité ancienne est située près d'un cimetière mérovingien. Elle a longtemps porté le nom de Sancti Cyrici in Maritimis ("Saint-Cyr-des-Marais").

Fondée par les seigneurs de la Noé Briord au XIIIème siècle, l'histoire de Saint-Cyr est liée à la mer, et notamment à son retrait dû à l'envasement du Marais Breton Vendéen.

La première construction connue, une chapelle, date de 1262. Toutefois, le patronage de saint Cyr implique un culte antérieur.
En effet, Léon Maitre, archiviste nantais, précise que :


"Le culte de Saint-Cyr est très ancien à Nantes". Comme celui de sa mère sainte Julitte, il est très populaire en Bretagne. Ils furent martyrisés tous deux au IVème siècle.
"La paroisse de Saint-Cyr et Sainte-Julitte est mentionnée Antiquitus constituta."



Après qu'un incendie ait détruit la première construction, l'église de Saint-Cyr, dédiée à sainte Julitte, fut reconstruite en 1453 grâce aux souscriptions des habitants du village.

De style roman, avec des contreforts massifs, elle avait une nef étroite. Son clocher carré, séparé de l'église, constituait un amer pour les marins de la baie.

A la Révolution, le bourg et l'église furent incendiés par les républicains en 1794.




Une église aujourd'hui considérée comme l'une des trois plus jolies de la région

Lors du Concordat, la paroisse de Saint-Cyr fut supprimée et ne fut rétablie qu'en 1815.

La reconstruction de l'église fut longtemps différée par le conflit qui opposait Bourgneuf et Saint-Cyr : "la fillette (Bourgneuf) se révoltant contre sa mère".
Le préfet de police, en 1840, écrivait au ministre : "Cinq communes sont en feu. Les sections de Saint-Cyr, La Bernerie... sont en guerre ouverte avec les chefs-lieux et demandent avec les plus vives instances une séparation administrative."
Bourgneuf n'était pas pressée de voir l'église de Saint-Cyr rebâtie.

Et pourtant, elle le fut en 1898 grâce au curé Mathurin Dureau et à la générosité de la population.
Un nouveau lieu de culte est alors édifié à l'emplacement du cimetière. 

La construction de cette nouvelle église a été confié à l'architecte diocésain nantais François Bougoüin (1846-1933), qui réalise également, à la même période, la transformation du château de Pornic.
Il a opté pour un style néogothique, s'inspirant de l'église Saint-Julien de Vouvantes. 
L'église est dotée de nombreuses verrières.
Les premières pierres sont posées le 12 juillet 1897.
L'édification se fait jusqu'en 1901.

Elle est considérée comme l'une des trois églises lumineuses du pays de Retz.
Ses nombreuses ouvertures, permises par les vitraux qui l'entourent, lui donne une atmosphère particulièrement éclairée.

Son clocher est situé sur le flan nord du choeur pour des soucis de stabilité du sous-sol.
L'édifice, comme les nombreux monuments situés sur des sols de schiste, positionné à la prise au vent de mer, nécessite une surveillance particulière.

Une grande restauration a eu lieu durant vingt six mois, entre 2013 et 2015, l'église faisant ainsi peau neuve (toiture, charpente, sacristies, vitraux...), tout comme celle de Notre-Dame du Bon Port de Bourgneuf-en-Retz.


Les éléments remarquables de l'église

Le tableau "Le martyre de Saint Cyr", date du XVIIème siècle.
Cette peinture à l'huile est située derrière les fonts baptismaux, dans la nef de l'église Sainte-Julitte.
La toile, classée à titre d'objet aux Monuments historiques, remontant au XVIIème siècle, provient de l'ancienne église de Saint-Cyr brûlée durant la Révolution, dédiée, comme la nouvelle à saint Cyr et sainte Julitte. Elle pourrait avoir fait partie du retable de celle-ci.
Ce grand tableau représente un procurateur romain, Alexandre, en présence de ses légionnaires, qui tient par un pied, un enfant en bas âge, saint Cyr, qu'il menace de massacrer. L'interprétation faite de cette version laisse supposer qu'il espère ainsi obtenir de la mère, sainte Julitte, qui lui fait face, le reniement de sa foi.
L'œuvre, n'est pas celle d'un grand artiste. Si le nom de celui-ci reste inconnu, les fausses perspectives des marches trahissent sans doute le travail d'un peintre local. Mais cette toile témoigne d'une ferveur populaire.
Très délabré, le tableau a fait l'objet d'une restauration en 2017 par deux ateliers nantais.

La bannière de procession de l'église reprend le thème du martyre de saint Cyr.
Elle représente saint Cyr et sainte Julitte sur fond de velours (recto et verso).
Le meurtre de l'enfant a eu lieu et le petit saint Cyr gît aux pieds de son bourreau tandis que sa mère, désignant l'enfant martyr, montre les cieux de l'autre main.
L'œuvre, évidemment locale, constitue un témoignage fort d'art populaire religieux.
La bannière n'est pas datée mais remonterait au XIXème siècle. Les personnages sont peints sur tissu. Sa restauration a été décidée en 2017.


Le saviez-vous ?
Cyr de Tarse est un martyr, en 304, à l'âge à peine de cinq ans avec sa mère sainte Julitte.
C'est un très jeune garçon qui habitait Antioche au début du IVeme siècle, sous le règne de Dioclétien. Alors qu'il assiste à un procès contre des chrétiens, il réussit à se glisser sur la tribune d'un juge nommé Alexandre et lui crie dans l'oreille : "Moi aussi, je suis chrétien !".
Devant les exclamations de l'enfant, le magistrat attrape le jeune enfant par une jambe et le lance contre la muraille où il se fracasse la tête et meurt. Sainte Julitte, la mère de saint Cyr, fut également martyrisée. Leur culte se répandit en Gaule.


Pour consulter les horaires des messes de la paroisse Sainte-Croix-en-Retz cliquez ici.

Le petit plus :
Une visite commentée de l'église est possible lors des journées européennes du patrimoine de septembre.

Sources : Emile Boutin (Histoire religieuse du Pays de Retz - abbayes, prieurés, paroisses, édition SILOE 1999), Le Patrimoine des communes de la Loire Atlantique (éditions FLOHIC, 1999).
Thème du site
Eglise
Style architectural du site
XIXe siècle
Visites
Visites libres (individuelles) : Oui
Visites libres (groupes) : Oui
Informations complémentaires
Animaux non acceptés
Le Photographe du dimanche
Le Photographe du dimanche
Le Photographe du dimanche
Le Photographe du dimanche
Le Photographe du dimanche
Le Photographe du dimanche

D'autres : Patrimoine religieux

Abbaye Royale

à SAINT-MICHEL-EN-L'HERM

L’abbaye a été fondée en l’an 682 sur un îlot calcaire. À la suite du concordat de 1516, elle devint une abbaye royale.

dès 6.00€Tarif indiv. adulte

La fontaine Sainte-Anne

à LES MOUTIERS-EN-RETZ

Le culte de Sainte-Anne aurait deux origines : l'une provençale et l'autre irlandaise.